Hippie écolo à New-York

Hippie écolo à New-York

1 octobre 2018 4 Par Greenfrenchy

     Voyager en étant écolo, ce n’est pas toujours simple. Mais être écolo à NY, vous me direz que je me fixe des objectifs peut-être un peu ambitieux. New-York city, la ville qui ne dort jamais, temple de la consommation où tous les caissiers mettent, avec le plus grand zèle, votre orange pré-découpée  et déjà emballée dans un double sac plastique. Peut-être au cas ou le premier s’abîmerait ? Ô non, mon doux polymère, il s’est distendu sous le poids de mes myrtilles OGM ! J’étais presque étonnée de voir que les pistaches ne sont pas emballées individuellement après une pasteurisation sous quarantaine.

      Plus sérieusement, le sac plastique semble encore régner en maître et je me rends compte à quel point nous avons déjà fait du chemin en France (mais il est reste hein) car il est partout. Autre exemple : on a l’habitude de voir le pain de mie emballé dans un sachet plastique, ici il y en a deux. On ouvre le premier pour trouver le pain dans un second sachet, celui-ci, dieu merci, convenablement fermé au moyen d’une colle qui semble capable de resister à une immersion par 200 mètres de fond. 

     Etant donné la prise de conscience en France, je ne désespère pas pour les Etats-Unis. En revanche, ils sont actifs sur le plan écolo dans d’autres domaines, et si l’on est curieux un séjour écolo est tout à fait possible !

Prêt ? 

Jour 1

    Premier jour à New-York, vous avez loué un petit appartement ou une chambre (supposons pour les besoins de cette simulation) et avant de courir partout, vous avez une petite faim. Faire quelques courses ne seraient pas du luxe, surtout si vous comptez économiser, car NY n’est pas une ville cheap ! Non seulement les prix sont assez élevés, mais en bons Français nous oublions de penser au tip, qui compte pour 18% à 20% de la note (en dessous vous êtes un vilain radin, c’est tout).

    Alors pour économiser un peu, faites la cuisine et filez à Union Square, dans l’East Village pour son Greenmarket. C’est n’est pas le seul marché bio de NY, mais c’est un des plus importants ! Il est ouvert un jour sur deux, et personnellement je trouve assez dépaysant de se retrouver dans un marché fermier au milieu des buildings. Vous favorisez également la production locale : les producteurs viennent de l’état de NY et du New Jersey, du Connecticut, de Pennsylvanie ou du Massachussetts (pour les nuls en géo, ce sont les voisins).

La minute historique

Le Union Square Greenmarket a démarré grâce à seulement une poignée de fermiers en 1976. Maintenant ils sont plus de 140 !

    Mais le marché de Union Square ce n’est pas seulement des fruits et des légumes, c’est aussi des spécialités locales, du vin, du sirop d’érable, des fleurs aux mille parfums. Vous y flânerez entre des étudiants ou des restaurateurs New-Yorkais et pourrez dégustez des fromages étonnants et regarder des démonstrations culinaires des meilleurs chefs de la ville. Qui aurait cru qu’un marché pouvait être si cool ?

   Une fois les courses achevée, que pensez-vous d’une promenade disgestive ? Je ne vais pas m’attarder sur le sujet, car c’est probablement une des actions les plus connues de la ville, mais il faut la mentionner : la High Line ! Cette ancienne voie de chemin de fer aérienne a été transformée en un jardin suspendu et une longue promenade fort agréable. Attention, ne vous laissez pas repousser par la première partie, au départ de la 34th W, au nord de Chelsea qui n’est pas la plus charmante. Mais ensuite la ballade vaut le détour, parmi les plantes vous passez entre des immeubles à l’architecture futuriste. Importante pour la biodiversité et la qualité de l’air, la High Line est un beau projet qui fait parler de lui !

    A l’arrivée, vous n’êtes pas très loin du quartier de Greenwich Village où il est bon de flâner en fin de journée.

Jour 2

    Ça vous dit un rooftop ? Vue sur la skyline, moment magique en perspective, pour rien du tout en plus ! Par contre, il va falloir mettre la main à la pâte…

   Rendez-vous tous les jeudis et samedis à la Hell’s Kitchen farm project, entre 10h et 13h. Vous aurez droit à votre arosoir et une truelle évidemment, pour une photo glamour sur un toit New-Yorkais. Cet endroit est en fait une ferme urbaine ! Dans cet endroit inatendu on fait pousser quantité de légumes, telle une petite oasis. C’est une expérience unique et positive, que peut-on demander de mieux ?

Les fermes urbaines se sont beaucoup développées à New-York, notamment à Brooklyn où il est une des plus connues et des plus importantes, la Brooklyn Grange Farm également sur un toit au nord du borough.

 

Il en est une autre, devant laquelle des milliers de personnes passent chaque jour et trop souvent ignorée. En effet en bons touristes, vous irez forcément voir la statue de la liberté. Pour cela le ferry part du sud de Manhattan, à Battery Park. Or dans ce parc se trouve également une petite ferme urbaine où poussent radis, fraises, aubergines et tant d’autres choses. Ouverte tous les jours, n’hésitez pas à y faire un tour. On y trouve souvent des volontaires prêts à répondre aux questions de ceux qui s’intéressent au sujet.

Là aussi, le contraste entre nature et buildings est amusant.

Jour 3

Après s’être régalé au marché, dépensé ses calories sur la High Line et usé ses mimines, il est temps de penser à la culture. Pour cela quoi de mieux qu’un arrêt à la Saint-Patrick cathedral. Mais que d’écolo la-dedans me direz vous ?

La réponse se trouve sous vos pieds : la géothermie. En effet, tout récemment, la cathédrale s’est mise au vert. Ce système permet le chauffage mais aussi la climatisation du monument grâce à plus d’une dizaine de puits de plus de 600mètres de profondeurs autour de la cathédrale.

Le projet a coûté plusieurs dizaines de millions de dollars, mais est sans précédent pour un édifice de cette taille, et le maire de New York espère ainsi encourager des actions similaires.

Et pourquoi ne pas continuer la journée avec un peu de shopping ? Direction Brooklyn pour un shopping responsable ! Passez par zero waste daniel, qui n’utilise que des morceaux des chutes de tissus. Ou le package free shop, à Williamsburgh où l’on trouve seulement des marques éthiques et des objets durables. Pour un sac en matière recyclé, filez chez Baggu et pour des objets du quotidiens c’est green depot. Bref, vous avez de quoi vous occuper, vous faites du bien à la planète et vous trouvez des pièces vraiment uniques !

Jour 4

Le bruit, l’effervescence de NY vous fatigue et vous voulez un peu de verdure ? Si vous avez quelques jours devant vous, filez à Long Island. Vous pouvez prendre le train depuis Jamaica station, ce qui ne revient pas si cher et flânez dans les petites villes des Hamptons. Mais pour ce qui est de l’écologie ce sont surtout les diférentes réserves pour les oiseaux qui sont un modèle en la matière, comme celle de Mashomack. Celles qui sont accessibles peuvent se parcourir à pied ou vous pouvez vous balader en bateau le long de la rive et entre les petites îles. Si c’est hors budget, allez simplement sur la plage. Celle d’East Hampton est très sauvage (privilégiez le hors saison), il n’y a que peu voir pas de constructions et les dunes sont également préservées pour la faune locale et les oiseaux que vous pouvez observer en fin de journée.

Plus proche de NY, vous pouvez profiter de la Jamaica Bay wildlife refuge, accessible depuis NY en transports. Là aussi la faune est protégée, de beaux parcours de randonnée vous dépaysent et l’on oublie la grande ville, pourtant toute proche.

Se déplacer

  • Privilégiez le métro, il est rapide, ne coûte pas trop cher et vous emmène partout. Evitez les taxis et/ou Uber, le trajet prendra généralement plus longtemps et vous coûte un avant-bras.
  • Si vous êtes un afficionados de la pédale, vous pouvez louer un citybike. Tous les quartiers ne sont pas adaptés, mais la traversée du pont de Brooklyn ou de central park est idéale juché sur un vélo.
  • Vous pouvez aussi prendre les petits ferrys qui vont de borough en borough, et vous offrent de belles vues de NY et coûtent bien moins chers que les croisières avec guide.
  • Si vous souhaitez vous éloigner de NY et explorer le reste de la région, ne faites pas comme les Américains : prenez le train ! Le paysage peut être ravissant, et sinon les trains sont confortables, à l’heure et rarement bondés.

Manger

En dehors du marché bio d’Union Square, si vous voulez aller au restaurant vous avez évidemment l’embarras du choix. Mais n’hésitez pas à vous tourner vers des endroits qui utilisent des produits locaux comme ceux des fermes urbaines de la ville ! Ou cherchez les farm-to-table.

Enfin évitez les starbucks à chaque coin de rue (quoique les compter peut être un jeu amusant) et privilégiez les petits coffeeshop : prenez le temps de vous asseoir, profitez d’un mug bien chaud l’hiver et d’un cold brew l’été dans ceux de l’East Village ou de Brooklyn.

Se loger

De nombreux hotels se mettent au vert en changeant leur système de chauffage, d’éclairage, les matières utilisées mais ce qui peut les rendre onéreux. Mais quel que soit l’endroit où vous logez, si vous faites attention à ce que vous consommez votre impact sera largement réduite ! Et surtout, pensez aux déchets. Il existe beaucoup de lieux de collecte pour le composte et le recyclage pour de nombreux matériaux.

Cet article se termine, j’espère que vous voyez maintenant New-York sous un autre jour et que l’envie de (re)partir vous démange !

 

PS: Si vous connaissez un projet qui a sa place dans cet article, envoyez-moi un message.